C’était l'une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019 l’a entérinée : le congé maternité des travailleuses indépendantes et des exploitantes agricoles sera renforcé.

En effet, beaucoup d’inégalités subsistaient entre les femmes à ce sujet, notamment en fonction de leur statut professionnel.

Pour pallier cette différence de traitement, le gouvernement a décidé de mettre en place un congé maternité unique.

Ainsi, depuis le 1er janvier 2019, indépendantes et agricultrices voient la durée de leur congé maternité aligné sur celle des salariées.

De 10 à 16 semaines de congé

A l’heure actuelle, pour être indemnisé, la durée légale minimale du congé maternité des non-salariées s’élève à 44 jours consécutifs minimum, soit 6 semaines, dont 14 jours postnataux. Une prolongation d’une ou deux périodes de 15 jours peut être prévue à l’initiative de l’assurée. Soit une durée maximale de congé avoisinant les 10 semaines.

La durée minimale de congé maternité des travailleuses indépendantes passera désormais à 8 semaines et pourra s’étendre jusqu’à 16 semaines, durée identique à celle des salariées.

Une durée d’indemnisation plus longue

Actuellement, dans le cadre de leur congé maternité, les indépendantes perçoivent une allocation forfaitaire d’interruption d’activité d’environ 54€/jour (les assurées gagnant moins de 3862 €/an voient la prestation réduite à 10 % des montants habituels).

Si le montant de l’allocation devrait rester inchangé, la durée d’indemnisation du congé maternité des indépendantes sera quant à elle harmonisée : comme pour les salariées, elle sera de 112 jours maximum contre 74 actuellement.

Ce mesure devrait coûter près de 37 millions d’euros à l’Etat et concerner quelques 20 000 indépendantes.

decoration image

Besoin d'un devis