Plus l’entreprise compte de salariés, plus les salariés non-cadres bénéficient d’une couverture prévoyance: 83 % des petites entreprises ont souscrit un contrat de prévoyance collective pour leurs salariés non-cadres (76 % des entreprises de 1 à 2 salariés). En comparaison, 97 % des entreprises de 50 à 499 couvrent les non-cadres.

Lundi 10 décembre, le groupement assurentiel de protection sociale, Adéis, présente les résultats de l’étude sur la couverture en Prévoyance collective des non-cadres, réalisée en 2018.

La couverture arrêt de travail est privilégiée

Parmi les couvertures choisies en priorité, 81 % des petites entreprises ont choisi de couvrir les salariés non-cadres en cas d’arrêt de travail (incapacité / invalidité), 68 % ont prévu des garanties en cas de décès, 65 % des petites entreprises ont mis en place les 2 types de garanties.

Enfin, 15 % ont choisi uniquement de souscrire une garantie en cas d’arrêt de travail et 3 % uniquement une garantie en cas de décès.

À NOTER

85 % des entreprises interrogées ont souscrit leurs contrats «cadres» et «non-cadres» auprès du même assureur.

Pour le choix de l’assureur, le niveau de garanties est le premier critère de sélection

57 % des petites entreprises accordent une importance première au niveau de garanties du contrat. Viennent ensuite, la simplicité d’adhésion (56 %) et la relation avec l’assureur (53 %).

51 % des petites entreprises déjà clientes auprès d’un assureur sont prêtes à le sélectionner pour de nouveaux contrats contre 39 % pour les plus grandes entreprises.

Le prix du contrat de Prévoyance arrive en 5ème position des critères de choix pour 45 % des petites entreprises contre 54 % pour les entreprises de 10 salariés et plus.

À NOTER

37 % des petites entreprises peuvent s’appuyer sur les conseils d’une tierce personne (experts comptable, confrère…) pour faire un choix.

Les raisons de non-souscription: 30 % par manque d’intérêt des salariés

17 % des entreprises interrogées n’ont pas souscrit d’assurance pour leurs salariés non-cadres. La raison principale est le manque d’intérêt des salariés (3 entreprises sur 10).

Selon les résultats de l’enquête: «Ce manque d’intérêt se traduit notamment par la méconnaissance des sujets (mélange entre prévoyance et mutuelle, collectif et individuel) et par le fait que les salariés pensent être couverts.»

Les autres raisons évoquées sont économiques (17 %), par manque de temps (12 %) et 9 % des petites entreprises interrogées n’ont pas souscrit car elles n’avaient pas d’obligation conventionnelle.

decoration image

Besoin d'un conseil ?

Saisissez votre numéro, un conseiller vous rappelle gratuitement et immédiatement

decoration image

Besoin d'un devis