En 2018, 691 000 entreprises ont été créées en France, soit 17 % de plus qu’en 2017. Ce chiffre est porté par les immatriculations de micro-entrepreneurs, particulièrement dynamiques en 2018 avec une augmentation des créations de statuts de + 28 %. Selon les chiffres de l’INSEE, le secteur des transports et de l’entreposage contribue le plus à la hausse globale, en particulier les activités de poste et courrier qui incluent la livraison à domicile.

66 500 immatriculations supplémentaires dans le régime du micro entrepreneur

L’essor du nombre de micro entreprises représente 66 500 immatriculations supplémentaires en 2018. D’après l’INSEE, ce succès peut s’expliquer par les évolutions législatives entrées en vigueur au 1er janvier 2018, notamment le doublement des seuils de chiffre d’affaires permettant d’accéder au régime fiscal simplifié de la micro entreprise.

En 2018, la part des micro-entrepreneurs dans le nombre total de créations d’entreprises augmente (45 % après 41 % en 2017), tandis que celle des entreprises individuelles classiques est stable (26 %) et celle des sociétés diminue (29 % après 33 %).

C’est dans les secteurs des transports et de l’entreposage, incluant la livraison à domicile, que le nombre de créations d’entreprise augmentent le plus (10 % de l’ensemble des créations). Cette hausse est majoritairement le fait des immatriculations sous le régime micro-entrepreneur (+ 18 600).

Micro-entrepreneurs: quels changements pour 2019 ?

En 2019, le régime de la micro-entreprise subit plusieurs changements :

  • Rattachement au Régime général de la Sécurité sociale
  • Extension du dispositif d'exonération de début d’activité (ex-ACCRE) à l’ensemble de créateurs et repreneurs d’entreprise
  • Congé maternité aligné sur celui des salariés
  • Exonération de cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les micro-entrepreneurs aux faibles revenus
  • Le stage de préparation devient facultatif
  • Suppression de l’obligation de détenir un compte bancaire
  • Indemnisation chômage

Quelle protection sociale pour les auto entrepreneurs ?

Le fort dynamisme des créations de microentreprises en 2018 pose la question de la protection sociale de ces travailleurs. C’est un point abordé par François Hurel, président de l’Union des autoentrepreneurs, dans une tribune publiée dans Le Monde ce mercredi 6 février. Il estime notamment qu’«il ne faut pas laisser les plates-formes numériques prendre le contrôle de la couverture sociale de ces indépendants.»

Il souligne, par ailleurs, le risque d’un statut hybride : «Alors que l’on reproche aux plates-formes d’être des employeurs déguisés et de contourner la législation du travail, leur confier la protection sociale des travailleurs indépendants ne serait-il pas placer de facto ces derniers en position de subordination plus franche encore ?»

decoration image

Besoin d'un devis